ALLOCUTION Du Ministre de l’Economie Numérique et de la Communication dans le cadre de l’atelier sur l'universalité de l’internet (Cotonou, Hotel GOLDEN TULIP, le 23 Juillet 2019)

Publier le:

Madame la Ministre des Affaires Sociales et de la Microfinance Cher Professeur KIYINDOU Messieurs les représentants de l’UNESECO Messieurs les Directeurs des Agences ici présent Mesdames et Messieurs les cadres des différents ministères ici représentés Mesdames et Messieurs les représentants des structures privées, acteurs du secteur de l’économie numérique Honorables invités ;   Qui sont ceux qui ont depuis ce matin, déjà utilisé internet que ce soit pour checker leurs emails, chercher une information ou encore un autre usage ? Qui sont ceux qui l’ont fait au moins une fois en utilisant leur téléphone mobile ? Je reviens de Kigali, où j’ai pris part au M360 Africa, et je voudrais partager avec vous quelques chiffres édifiants : - L’adoption de l’internet mobile est de 24% en SSA contre 47% dans le monde - la région SSA compte 40% de la population mondiale non couverte par un réseau mobile large bande. Et quand on sait que dans bon nombre de pays du SSA, à l’instar du Bénin, l’accès à internet repose sur le mobile, alors on comprend la nécessité d’actions hardies par les pays pour améliorer ces taux dans les secteurs fixe et mobile de l’internet. Par ailleurs, les chiffres récents de l’ARCEP sur notre secteur montrent que le taux de pénétration Internet mobile est passé de 40,16% en 2017 à 48,02% en 2018 De nos jours, l’accès à internet et les usages numériques associées à internet sont devenus des facteurs de croissance économique, de développement humain et d’inclusion sociale dans nos pays africains et dans le monde. La Conférence générale de l’UNESCO en adoptant le concept d’universalité de l’internet en 2015, a préparé le chemin pour des assises du genre de ce que nous tenons ce jour.   Mesdames et Messieurs, (source site web UNESCO) L’« universalité de l'internet » en tant que concept capture ce qui est important au vu de l'ampleur croissante de l'internet dans les affaires humaines. Elle met en lumière les normes et les valeurs comportementales qui appuient cette tendance et fait ressortir la nécessité de renforcer celles-ci afin qu'internet participe à la réalisation des plus grandes inspirations de l'humanité, soit omniprésent et au service de tous et reflète la participation générale à son développement et à sa gouvernance.   Mesdames et Messieurs,  L’atelier de ce jour consacre le lancement de l’étude sur l’universalité de l’internet au Bénin avec comme objectifs de renseigner au moins cent (100) indicateurs, de collecter des informations auprès d’environ quatre-vingts (80) cibles par l'administration d’un questionnaire ou à travers des entretiens semi directifs, en vue d’apprécier les facteurs d’évolution de l’internet et mettre à disposition de l’information fiable sur l’état et l’évolution de l’internet. Elle permettra en outre, une circulation d’informations sur les innovations mises en place par le gouvernement, les acteurs économiques, la société civile et par d'autres acteurs et pourra ainsi servir de modèle pour les pays environnants. Cette étude sera réalisée par un réseau de chercheurs et d’experts de l’UNESCO, présidé par le Professeur Alain KIYINDOU, Professeur des universités, Chaire Unesco Pratiques émergentes des technologies et communication pour le développement, sous l’égide d’un comité consultatif. En choisissant le Bénin pour cette étude pilote, l’UNESCO soutient les efforts du gouvernement de la République et du Chef de l’Etat dans le développement de l’économie numérique, en contribuant à la mesure de nos indicateurs et donc à leur amélioration continue.   Mesdames et Messieurs, « L’internet représente bien plus qu’une infrastructure et des applications » c’est vrai ; mais il est également vrai que sans infrastructures, eh bien il n’y  a pas d’internet. Sur ce front, le secteur tout entier est engagé, nos partenaires privés et nous-mêmes consentons des investissements de taille, surtout dans les zones défavorisées. J’ai donc voulu que cet atelier soit également l’occasion de parler des réalisations et des projets de l’agence du service universel dont les activités s’orientent vers lesdites zones et dans le développement des compétences numériques. Je voudrais également saisir cette opportunité pour vous parler d’une  nouvelle initiative Benin Commune Connect. Cette initiative ambitionne d’impliquer et de responsabiliser d’avantage les lmeaders des communes de notre pays dans le processus de  la réduction de la fracture numérique.     Mesdames et Messieurs,  Je vais terminer mon allocution en partageant avec vous l’évolution du Bénin sur l’indice de connectivité mobile de la GSMA :
  • Le score global de l'Indice est passé de 34 à 39. Le Bénin était le deuxième pays d'Afrique subsaharienne le plus amélioré après la Sierra Leone. C'était le 10ème pays le plus amélioré au monde. Les principaux moteurs de ceci étaient l'infrastructure et le contenu
 
  • Infrastructures (augmentation du score de 37 à 44) :
 
  • La couverture de la population 3G est passée de 53% à 63% (il s'agit d'estimations GSMA mais cohérentes avec les données de l'UIT reçues du régulateur). Cette valeur peut être mise à jour une fois que nous avons une carte de couverture ;
  • La couverture de la population 4G est passée de 24% à 40% (ces chiffres étaient basés sur les données de l'UIT, car les opérateurs n'avaient pas communiqué de données).
 
  • Contenu et services (augmentation du score de 21 à 30):
o Amélioration des services d’administration en ligne, (EGDI est passé de 0.2039 à 0.3264 avec un gain de 18 places) o Augmentation significative des engagements du gouvernement en matière de cybersécurité, comme l'indique l'Indice de cybersécurité mondial de l'UIT.  
  • Le Bénin est passé au 80ème rang sur 175 pays évalués sur le plan mondial, et occupe désormais la 8ème place sur le plan africain.)
Comme vous pouvez le voir, tous ces sous indicateurs sont liés à l’internet et je me réjouis que les améliorations soient mesurables. Et c’est sur cette note positive que je déclare ouvert les travaux de l’atelier  de l’étude sur l’universalité de l’internet au Bénin Je vous remercie