Evaluation eTReady : La CNUCED salue l’existence au Bénin d’une forte volonté politique de développer le commerce électronique

Publier le: 2020-09-23 11:07:58

Le Bénin affiche une volonté très forte de promouvoir l’économie numérique et le commerce électronique, mais d’importants défis s’imposent au pays en matière d’infrastructures. C’est l’un des principaux résultats de l’évaluation rapide de l’état de préparation au commerce électronique réalisée par la Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement (CNUCED). Les conclusions de cette évaluation étaient, le jeudi 17 septembre 2020 au menu d’un webinaire qui a connu la participation de la Ministre du Numérique et de la Digitalisation Aurélie Adam Soulé Zoumarou et de ses collègues Shadiya Alimatou Assouman en charge de l’Industrie et du Commerce et Aurélien Agbénonci, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération. 

Dans son mot d’ouverture, la Secrétaire-Générale Adjointe de la CNUCED, Isabelle Durant a salué la volonté des autorités béninoises de promouvoir l’économie numérique. Elle a par ailleurs mis l’accent sur quelques défis à relever pour le développement du commerce électronique au Bénin. Ces défis sont liés notamment au cadre stratégique, à la pénétration globale d’Internet et au système d’adressage des citoyens. 

« La généralisation de l’usage de l’e-commerce est un projet phare du Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) 2016-2021 du Président Patrice Talon », a fait remarquer la Ministre du Numérique et de la Digitalisation Aurélie Adam Soulé Zoumarou lors du dialogue de haut-niveau qui a précédé la présentation des grandes lignes du rapport. Pour elle, le Bénin a pris ses responsabilités bien avant l’évaluation faite par la CNUCED en mettant en œuvre un certain nombre de projets et initiatives au nombre desquelles figurent le Code du numérique qui dédie un titre au commerce électronique. L’amélioration du taux de pénétration à Internet qui dépasse aujourd’hui les 52%, le service universel des communications électroniques et le lancement prochain de la Plateforme Nationale des Paiements Electroniques qui sera un hub d’arrimage et un centre névralgique des paiements électroniques au Bénin constituent selon elle quelques avancées. Le pays a également mis en place une Infrastructure à clé publique (PKI) moderne pour relever le défi de la sécurisation des plateformes en ligne, accéléré la dématérialisation des services publics et adopté la Stratégie Nationale de Sécurité Numérique, a dit la Ministre du Numérique et de la Digitalisation, avant d’appeler toutes les parties prenantes à accompagner cette dynamique. Sur la même lancée, la Ministre de l’Industrie et du Commerce Shadiya Alimatou Assouman a appelé tous les acteurs nationaux à s’impliquer dans les opportunités qu’offre le numérique. Enfin le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Aurélien Agbénonci a fait savoir que le Gouvernement du Bénin est déterminé à bâtir sur les conclusions de cette étude.

Au cours de ce dialogue de haut-niveau, la Cheffe de Coopération de l’Ambassade d’Allemagne près le Bénin, Birgit Joussen et le Coordonnateur Résident par intérim du Système des Nations Unies au Bénin, Claude Kamenga ont apprécié la vision et l’action du Gouvernement dans le secteur du numérique, non sans souligner l’intérêt du rapport.

Menée par la CNUCED en 2019, l’évaluation rapide de l’état de préparation du Bénin au commerce électronique révèle l’existence d’une forte volonté politique de développer le commerce électronique. Cependant cette volonté est pénalisée par quelques défis qui ont été mis en exergue dans le rapport. Le document recommande notamment la vulgarisation Code du numérique, le développement des compétences digitales, l’accompagnement des startups et la définition d’une stratégie nationale de commerce électronique. La mise en place d’une plateforme nationale des paiements électroniques, la cartographie des besoins en infrastructures, le renforcement des partenariats public-privé dans le secteur du numérique, l’extension du système d’adressage numérique, l’interopérabilité des services financiers figurent également en bonne place dans la matrice d’actions que suggère ce rapport.