Le BÉNIN accueille la Première Rencontre du Réseau Francophone des Ministres en charge du Numérique

Publier le: 2019-06-03

Aurelie Adam Soule Zoumarou a tenu le 31 mai 2019, la Première Reunion du Réseau francophone des ministres en charge de l’économie numérique dont le Bénin à travers sa personne assure la présidence.   Toujours au centre des attentions des décideurs du secteur numérique, le Bénin à travers la personne d’Aurélie Adam Soule Zoumarou a été désigné le 11 et 12 octobre 2018 en Arménie à EREVAN, lors du 17ème Sommet de la francophonie, pour assurer la présidence du RFMEN le Réseau Francophone des Ministres en Charge de l’Économie Numérique. Organisée le vendredi 31 mai 2019 en marge de « la journée de consultation régionale des pays francophones d’Afrique sur la coopération numérique du jeudi 30 mai », la première réunion du RFMEN s’inscrit dans la perspective, des chefs d’états et de gouvernements, de maîtriser les différentes transformations induites par le numérique et de créer une synergie dans l’espace francophone. <br> La Capitale économique du Bénin a ainsi réuni, le temps d’échanges riches et constructifs, des délégations internationales dans le but de placer la journée  « sous le sceau du partage afin que toutes les parties prenantes dans cette salle puissent apporter leur contribution à l’opérationnalisation de ce réseau. » rappelle la Présidente du RFMEN, Aurelie Adam Soule Zoumarou qui poursuit «Le cadre institutionnel que représente notre réseau sera un catalyseur de nos initiatives et un accélérateur pour une réussite collective».   Depuis sept mois, les Ministres en charge de l’Économie Numérique de l’espace francophone ont investi de leur confiance le Bénin, à travers Aurelie Adam Soule Zoumarou en lui confiant la mission de coordonner les actions et activités du Réseau. « Une mission stratégique, au regard du contexte et des enjeux de l’heure dans le domaine du numérique. Aujourd’hui, il n’est de doute pour personne que les technologies numériques ont pleinement contribué ces dernières années à la transformation qualitative de nos sociétés, parce que comme l’a affirmé le Président Patrice Talon - au 21ème siècle, les vrais ponts reliant les hommes et les sociétés entre eux sont davantage technologiques - » a assuré la Présidente du Réseau. L’occasion pour l’Ambassadeur Henri Monceau, Représentant de la Secrétaire Générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie  (OIF), Louise Mushikiwabo, de rappeler l’engagement et la confiance envers le Bénin et sa Ministre. « Le numérique rebat les cartes. Nous  sommes à l’aube d’une nouvelle civilisation et ceux qui rompent leur épingle du jeu, sont ceux qui auront pris des initiatives fortes pour renouveler le modèle dans lequel nous fonctionnons comme vous Madame la Ministre ». «Vous faites partie des personnes qui ont compris les enjeux du numérique. Sous votre direction, sous votre magistère et sous celui de vos collègues, l’espace francophone peut imaginer jouer un rôle nouveau», a-t-il ajouté.   Dans l’agenda de la rencontre de Cotonou, un partage d’expériences, les bonnes pratiques et les leçons apprises lors de la mise en œuvre des initiatives dans le domaine de l’économie numérique. « les documents et le plan d’action partagés, facilitent et favoriseront cette collaboration. De  plus, nos conférences et le réseau RFMEN adhèrent aux  thèmes la francophonie. » s’est réjoui Abdel Rahmane BABA-MOUSSA, Secrétaire Général de la Conférence des Ministres de l'Education des Etats et Gouvernements de la Francophonie, CONFEMEN. Le reste du programme a porté sur la charte et la structure de gouvernance du réseau ainsi que sur la présentation des projets phares à mettre en oeuvre par le réseau.  Le mot de fin est revenu à la Présidente du RFMEN qui a remercié le Chef de l’Etat, Son Excellence Patrice Talon pour son engagement politique fort, autour du développement du secteur de l’Economie Numérique, qui s’est concrétisé par la tenue au Bénin du RFMEN. « Le President Patrice Talon nous a habitué à un fait : C’est que quand on rêve, il vaut mieux rêver grand parce que ça prend le même temps que de rêver petit. » a-t-elle conclu.